LA MAUVAISE FOI DU MOT A MOT

Les Tistics2

Ils ont rempli l’Olympia, les téléspectateurs les ont découverts dans Le Plus Grand Cabaret du Monde, ils font salle comble à la Pépinière à Paris depuis la rentrée, la presse les encense, voici les Tistics, une troupe de 12 comédiens – chanteurs.
Leur particularité ? Chanter – jouer, les plus grands tubes de la pop anglo-saxonne en… français dans une traduction littérale volontairement brute et décalée.
Les Franglaises, leur spectacle, ressemble à un blind test géant. Le chauffeur de salle commence par énoncer des phrases en français. Exemple : « Sur une autoroute sombre et déserte, vent frais dans mes cheveux ». Hotel California ! s’exclame un spectateur dans la salle. Bonne réponse. Les Tistics entonnent alors le célèbre tube des Eagles, des Aigles, dans une version en français traduite mot à mot.Bien sûr, ils y mettent le ton, ils jouent, se gaussent, se trémoussent sur les mots pour finalement leur faire dire ce qu’ils veulent…
L’effet est saisissant. C’est frais, drôle et poétique. Mais pas seulement.
L’exercice renvoie à un genre particulier, celui de la traduction littérale. Une traduction primaire, en quelque sorte, qui eut ses défenseurs lorsque la traduction était une discipline en devenir, que les œuvres littéraires commencèrent à être adaptées dans d’autres langues. Au début du 19ème siècle, par exemple, Chateaubriand traduit le Paradis Perdu du poète anglais John Milton et vante dans sa préface les bienfaits de la traduction littérale qui lui paraît toujours la meilleure. D’après lui, c’est même « la perfection du genre à condition d’en ôter le côté sauvage ». En clair, il suffit de faire du mot à mot et d’en assurer le liant. L’idée reçue, à l’époque, est qu’en collant au plus près au texte, le traducteur ne commettra pas d’erreurs.

Le texte des Tistics est une « supercherie ». Chanté par leur soin, traduit en littéral, il paraît ridicule, alors qu’il a une dimension littéraire/strong>

La priorité est d’être conforme à l’original, sans adaptation, dans un souci d’honnêteté, d’exactitude et de sécurité.
Or, nous savons aujourd’hui, qu’une traduction trop rigide est une traduction inadaptée.
Car un texte n’est rien de moins que de la pensée structurée. Traduire, c’est sacrifier la structure pour sauvegarder la pensée.
Les Tistics, eux, s’en amusent. Ils trahissent la pensée en calquant la structure. C’est ce qui donne ce côté comique, voire absurde aux paroles. En jetant un œil bilingue aux lyrics d’Hotel California, justement, on constate immédiatement que le texte des Tistics est une « supercherie ». Chanté par leur soin, traduit mot à mot, il paraît ridicule. Replacé dans un contexte d’œuvre, en appliquant les règles élémentaires de traduction, il affiche une dimension littéraire.
Alors pourquoi aimons-nous tant une chanson alors que nous n’en comprenons pas les paroles ?
Est-ce juste une histoire de rythmique et de mélodie, de timbre de voix ? Lorsque les Platters chantent Only You, on devine aisément qu’il s’agit d’amour et de tendresse. Seulement toi, sur le même tempo paraît soudain moins glamour. En français, on dira plutôt Rien que toi, (Nothing but you). Ce qui se formule dans une langue, ne se dit pas forcément avec les mêmes mots dans une autre.
Et puis, il y a la sonorité des mots. Dans une chanson, elle influe considérablement. Dans le cas d’un tube en anglais que je ne comprends pas, ils font office de notes, les mots habillent le morceau. Si je les traduits, le sens leur ôte mystère et magie, l’ensemble tombe à plat.
Pour les Tistics, pas grave, car c’est l’effet recherché…

Nicolas Roiret
pour le Blog du Groupe

Les Tistics – Emission c’est au programme – France 2

Le Site Officiel Les Tistics


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


3 − 3 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


Share This
%d blogueurs aiment cette page :